Barack Obama ou l’homme qu’on aimait aimer

Aucun commentaire

On l’avait quitté voilà un an, au moment de l’investiture du célèbre mais critiqué Donald Trump. Laissant derrière lui un pays choqué, bouleversé et abasourdi par les résultats dévoilés. Ne pouvant briguer un troisième mandat, son successeur espéré, Hillary Clinton se voyait pourtant bien prendre les commandes du bureau ovale, cependant, rien ne s’est passé comme prévu. À commencer par les sondages qui n’ont pas reflété la réalité du résultat.

Un an après donc Barack Obama a refait son apparition dans la capitale française pour être, avant tout écouté. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ancien chef des États-Unis d’Amérique a laissé une trace indélébile samedi dernier où presque 800 personnes ont bu ses paroles lors d’une conférence sur le climat et le réchauffement climatique. Face à lui, tout un réseau professionnel de publicitaires, fédérant des acteurs de dans le secteur de la communication.

Par respect peut être, par courtoisie sans doute, le Prix Nobel de la Paix 2009 n’a jamais évoquer le nom de l’actuel chef américain avec lequel il entretient pourtant de nombreuses divergences. Outre la présence de professionnels, d’anciens personnalités de la vie politique française avait fait le déplacement à la Maison de la Radio, dont l’ex-président de la République François Hollande, Ségolène Royal ou encore Najat Vallaud-Belkacem.

L’élocution de Barack Obama visait avant tout Donald Trump concernant sa décision de s’écarter de l’accord de Paris, signé par un peu moins de deux cents pays en 2015, qu’il considère comme une “faute pour l’avenir de la planète.” Après un passage sur la lutte contre le nationalisme et la xénophobie, Barack Obama martelait qu’une réelle prise de conscience était nécessaire pour les États-Unis via leur Président mais que certains États, Villes, Universités se positionnaient déjà sur cette question importante.

Bien avant son discours à la Maison de la Radio (où il a été ovationné par toute l’assemblée) Barack Obama a déjeuné avec l’actuel Président de la République, Emmanuel Macron lors d’un “déjeuner privé”, puis s’est entretenu pendant une quarantaine de minutes avec l’ancien chef de l’État Français, François Hollande sur des questions climatiques. Anne Hidalgo, actuelle Maire de Paris fut la dernière personne à pouvoir échanger avec Barack Obama.

Le 44e Président des États-Unis, qu’on avait laissé quitter la Maison Blanche avec fierté mais tristesse, avait laissé le pays dans un profond choc le jour des élections américaines. Mais Barack Obama a montré, notamment par cette journée, qu’il comptait continuer à s’investir pour l’avenir du pays et de la planète entière. Et ça, c’est bon de le savoir.

Clément Pédron

Catégories:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *