Un confinement général décrété mais pas toujours respecté

Aucun commentaire

La crise sanitaire qui nous touche aujourd’hui suppose la prise de mesures exceptionnelles, et le décret d’un état d’urgence sanitaire. Une crise sans précédant qui conduit le Président Emmanuel Macron a décrété ce lundi 16 mars le total confinement du pays durant une durée effective de 15 jours qui pourrait se prolonger. Des mesures restreignant les déplacements des français au strict minimum, mais nécessaires afin d’endiguer la propagation du virus.

Une attestation exigée

Les sorties sont désormais réglementées, chaque citoyen qui effectue un déplacement bref à proximité de son domicile lié à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive, et aux besoins des animaux de compagnie, est ainsi prié de disposer d’une attestation pour justifier sur l’honneur du motif de son déplacement. Une attestation disponible sur le site www.gouvernement.fr, qu’il devra donc remplir avant chaque déplacement. Une réglementation qui après 7 jours de confinement ne semble pas être entendu par tous les français. Certains continuent d’enfreindre les règles, sans ce rendre compte de la gravité de la situation. Des normes qui ne doivent pourtant pas être prises à la légère. En effet, il a été constaté une forte hausse de la propagation du virus en France ces derniers jours, le nombre de patients atteints étant aujourd’hui de près de 11 000 cas confirmés en France et de 372 morts.

Un confinement ancré dans les mœurs ?

Malgré tous les moyens déployés, certains français ne semblent pas comprendre le message pourtant clair du gouvernement. Et le retour du beau temps n’arrange pas la situation, les citoyens sortent sans respecter la distance de sécurité d’un mètre recommandée, certains se rendent presque chaque jour faire leurs courses, d’autres prennent la voiture pour se rendre à la plage avec leurs enfants etc. Des comportements inconscients et un non-respect des consignes auxquels les quelques 100 000 policiers et gendarmes déployés sur le territoire sont confrontés chaque jour depuis le début du confinement. Les poussant ainsi à faire de la pédagogie, sans que cela suffise. Désormais , en cas de non-respect, il en coûtera une amende de 135 euros à la personne en infraction, selon un décret publié dans le Journal officiel du 18 Mars, majorée à 375 euros en cas de non-paiement au bout de sept jours.

La communication un enjeu majeur de la crise sanitaire

Le gouvernement en lien avec santé publique France a ainsi décidé de mettre en place des bannières et spots de prévention diffusés par l’ensemble des médias, et relayés sur les réseaux sociaux mais également dans la presse et sur le site internet du gouvernement. L’objectif étant que chaque citoyen soit au mieux informé des bons gestes à adopter mais également de rester informer sur les derrières informations officielles concernant la pandémie. Une communication qui a ainsi dû être rapidement développée et mise en place par les communicants publics afin de permettre au plus vite une réduction de la propagation du virus. Une communication officielle venant du gouvernement, mais pas seulement, en effet, les influenceurs et personnalités sont eux aussi mis à contribution pour faire passer le message aux Françaises et aux Français. Des moyens nécessaires afin d’ancrer le message dans toutes les têtes, de discipliner la population, afin de sortir au plus vite de cette crise sanitaire sans précédant.

Une communication qui aujourd’hui passe davantage par des moyens interactifs, tels que les réseaux sociaux et les hashtags qui y sont diffusés. L’objectif étant de rendre le message viral afin de mieux le faire entendre à tous.

C’est bien sur cela que les soignants vont s’appuyer pour faire appel à la population. Le collectif Inter-Hôpitaux avant même l’annonce du confinement total du pays, va ainsi lancer un challenge afin d’inciter l’ensemble de la population à rester chez elle, pour limiter cette propagation. On voit ainsi circuler sur Twitter le #Restecheztoi, mais aussi sur d’autres réseaux sociaux comme Facebook ou encore Instagram, des slogans comme « Pour sauvez des vie, restez chez vous » , « Restez à la maison, ça n’a jamais été aussi facile de sauvez des vies » afin d’inciter la population à ne pas sortir.

Cependant, et malgré une absence de prise de conscience de certains, les Français restent solidaires envers l’ensemble des personnels de santé en première ligne. Un confinement qui n’empêche pas les nombreux signes de reconnaissance à travers les réseaux sociaux mais aussi les rassemblements aux fenêtres tous les soirs à 20h, afin d’applaudir les soignants qui mettent chaque jour un peu plus leur vie en jeu, afin de soigner l’ensemble des personnes atteintes du Covid-19. Des actions toujours en lien direct avec les réseaux sociaux, qui incitent à l’action à travers notamment le #onapplaudit ou #TousAlaFenêtre. Un ensemble d’outils de communication indispensables afin de faire baisser la propagation du virus mais qui sont aussi des moyens d’échange à grande échelle, de soutien au personnel soignant ainsi que des outils ludiques permettant de garder du lien social en cette période de confinement.

Auteur: Mélissa Furic

Catégories:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *