COVID-19 : la communication préventive en première ligne dans les transports publics

Aucun commentaire

Source image : Geoffroy Van der Hasselt / AFP

Prévention et pédagogie, c’est toute la synthèse des campagnes de sensibilisation des compagnies de transports publics en ce début de déconfinement. Gestes barrières, port du masque, distanciation sociale : l’utilisation des transports se renouvelle dans l’intention d’assurer la protection sanitaire des usagers. Premier terrain de lutte contre le COVID-19, les transports se révèlent être un des enjeux de la continuité du déconfinement.

Une communication basée sur la responsabilité citoyenne

 

En parallèle de la puissance publique, les compagnies de transports en publics ont un réel rôle à jouer dans cette crise sanitaire. Dès le début du déconfinement, les transports ont déployé des mesures en suscitant l’espoir d’un respect de la sécurité sanitaire par le biais de leur communication. La distanciation sociale est difficile à mettre en place dans les transports, mais la RATP (régie autonome des transports parisiens) appelle à la faisabilité des gestes barrières. Ces campagnes de prévention comptent sur la solidarité des Français afin qu’ils se préservent les uns les autres. Lors du confinement, la RTM (réseau des transports marseillais) avait déjà mis en place la gratuité des navettes pour l’ensemble du personnel soignant

Rassurer dans la bienveillance est le fer de lance actuel de ce secteur d’activité. Depuis le 11 mai, les usagers du métro parisien ont pris l’habitude de respecter la distanciation sociale à l’aide de stickers disposés au sol et sur les murs des stations de métro. Cette pédagogie non-agressive aide à l’acquisition progressive de nouvelles habitudes dans les transports autrefois bondés. Même chose pour son confrère du RER :

 Pour notre santé à tous, laissons ce siège libre.

La RATP se positionne de front face à cette crise sanitaire via “Mobilisés ensemble”. Elle veut solutionner à son échelle, par une signalétique incitant l’usager de s’installer un siège sur deux, de la bonne utilisation du masque, etc. La société de transports a déployé des aménagements divers (marquages au sol, affichages dans les rames, etc.) pour favoriser l’éloignement et la nécessité d’une gestion efficace du flux de voyageurs.

En évitant l’aspect moralisateur ou paternaliste, les compagnies de transports publics agissent à des fins de conseils appelant au bon sens des Français. Être citoyen, c’est exercer un certain respect vis-à-vis d’autrui peu importe le contexte. Après tout, la santé des uns s’arrête là où commence celle des autres.

Quelles anticipations sur le long terme ?

 

Il est difficile de connaître à l’avance l’ampleur de cette pandémie sur une longue durée. Pourtant, une vérité découle de cette situation : celle de la vigilance constante. C’est un des paramètres de la gestion de crise qui s’installe progressivement dans le domaine des transports. Sur le terrain, elle aborde une stratégie communicationnelle frontale dans la lutte quotidienne contre le COVID-19 de manière pragmatique et opérationnelle. Il y a et aura un avant, un pendant et un après à cette sûreté dans les transports publics.

À la station Châtelet-Les Halles, la RATP a lancé une expérimentation de vidéosurveillance pour veiller au port du masque des usagers dans le métro parisien. Cette initiative pose de nombreuses questions sur la légitimité d’utilisation de certains outils dans cette pandémie. Vérifier de cette manière le port du masque va à l’encontre de l’intention de la campagne mise en place pour le déconfinement. La pédagogie est alors mise de côté au profit de la contrainte de la reconnaissance faciale. La RATP affirme que son but est de « mesurer l’évolution jour après jour du port du masque ». Cette mesure de la RATP est non punitive, mais elle laisse planer la menace d’une société de surveillance généralisée pour justifier la sensibilisation en réduisant la responsabilité collective à néant.

Pour autant, il est crucial de ne pas tomber dans des dérives sécuritaires qui menaceraient les libertés individuelles sous prétexte de vouloir protéger la population. Durant cette pandémie de COVID-19, les Français sont donc invités à circuler toujours avec prudence.

Auteur : VALENTINE LANTOINE

 

Source image : Geoffroy Van der Hasselt / AFP

Catégories:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *